LES

BUVEURS

D'AIR

<< | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | >>

Concours Printemps Solo QC 2013
samedi, 13 avril 2013

Contenu de l'article.


voir le tableau


RCACT pour Galice, la malice...
jeudi, 11 avril 2013

RCACT pour Galice, la malice...

Légende photo : Doucement, mais sûrement Galice arrive...

 

 

Pluie fine et terrains bien verts ce matin à Ypreville et dans les environs pour la journée des britanniques. On n’y croyait plus après toute cette période glaciale !

 

En couples, Darling réalise un joli début de parcours mais se tape au bout d’un lacet

 

Dans le solo 1, George « bidouille »et ne parvient pas à se mettre en place. Du coup, Manu préfère la retirer.

 

Galice, la malice, se met bien sur son terrain et va chercher un superbe point le long des maisons. Elle finit son temps de belle manière. Au final c’est un 2ème prix excellent avec la réserve de CACT qui vient récompenser sa prestation.

 

Fender et Jino sont très bien tous les deux. Bonne mise en place, belle quête de bonne amplitude, … mais chacun laisse un couple

 

Dans le second solo, Faëlh effectue un très grand parcours, qui laisse augurer du meilleur s’il est couronné d’un point. Ce fameux point arrive ; il est assuré, mais, malheureusement, avec un arrêt légèrement fléchi, la note redescend au TB.

 

Ginko est également très bien sur son parcours. Il est à l’excellent sans problème d’autant qu’avec un joli point, le classement se profile… Un second arrive, et les ennuis avec. En partant sous l’aile, le chien gâche tout ce qu’il avait acquis.

 

Giotto est excellent dans la première partie de son parcours. Comme d’habitude c’est un élève sérieux, qui aime bien faire et il est régulièrement classé malgré les difficultés de ce printemps. Cependant au fil des sorties, le chien a aussi pris un peu d’indépendance et il le montre en croisant la route d’un capucin. Manu doit le siffler pour le ramener à la raison. Ce sera donc un 1er excellent sec.

 

Gaïac, enfin, est conduit par son propriétaire, Gérard. Tous deux réalisent un joli parcours. Le chien prend un point, est sage, mais reprend sa quête pour reprendre un nouveau point. Bravo à l’ami Gérard qui, à 70 ans, a piqué un « 100 m » digne d’un sprinter !

 


Concours Printemps GQ 2013
jeudi, 11 avril 2013

Contenu de l'article.


voir le tableau


Fédo, 1er excellent à Ypreville
mercredi, 10 avril 2013

Fédo, 1er excellent à Ypreville

Légende photo : Avec ce nouveau classement Fédo devient trialer de printemps

 

 

Aujourd'hui, c'est à Ypreville que les continentaux sont allés courir avec Sébastien.

Le temps était froid le matin, puis au fil de la journée, la température s'est légèrement adoucie. Les blés et colzas ne sont pas encore bien hauts, mais c'est quand même nettement mieux que dans le nord où les colzas sont grillés sur pied et meurent. De plus, avec l'arrivée d'une perturbation, l'hygrométrie est bien meilleure.

 

Gaïa réalise un grand parcours, bien étendu sur les côtés mais parfaitement à plat. Dans un colza, elle prend un superbe point remonté. La chienne est bien tendue, les oiseaux partent, Sébastien tire, elle est sage à l'envol et au feu. En montant la raccrocher, il l'a voit faire un pas et se bloquer à nouveau. Il y avait un second couple.

Relâchée, elle traverse un labour et donne une indication. Mais, en revenant, en bout de lacet, les oiseaux volent. Eliminée, mais elle a fait plaisir à son conducteur et au juge.

 

Fédo est dans le même concours que Gaïa

L'épagneul breton effectue un très beau parcours, mais Sébastien perçoit que le chien est interrogatif.

Une première pose d'arrêt sur le haut d'une tétière, puis le chien prend un très joli point. Il poursuit sa quête et prend une nouvelle pose d'arrêt.

Ce petit manque de confiance lui coûtera le CAC et c'est un 1er prix excellent qui récompense sa prestation.

 

A noter aussi le 2ème prix excellent obtenu par Falco, le braque allemand que Sébastien présentait également à Ypreville.


Un Open en or pour Ekta...
mardi, 09 avril 2013

Ekta de l’Azur et Or, pointer femelle, conduite par Patrick Teulières remporte l’Open de France 2013 de quête de chasse, devant le jeune setter, Gadget du Gourg d'Enfer, conduit par Guillaume Lambal.


L'open de France avec Hadrien
lundi, 08 avril 2013

Hadrien était à l'open de France aujourd'hui avec Epson et quelques britanniques.

 

Chez les continentaux, Epson, réalise un parcours correct. Il se bloque devant une longue haie épaisse, mais la poule faisane piète et se défile sur la gauche. Relancé, il fait un beau lacet à droite pour explorer un tas de fumier, mais ne trouve pas d'autre oiseau.

 

Chez les britanniques, Darling, se classe 3ème excellent. Un parcours brillant avec une première pose d'arrêt très tendue dans la minute. La chienne reprend d'elle-même sa quête, puis assure un point. Du bon travail, mais il y avait mieux aujourd'hui.

 

Jino, prend un point tic-tac et se classe 4è TB

 

Les chiens du jour :


Gadjet du Gourg d'enfer, un  setter anglais de 20 moins, qui gagne le CACIT, sous la conduite de Lambel

Ceylan du Mas d'Eyraud, setter anglaisconduit par Laurick Maudet gagne la RCACIT

 

... et pour le conducteur du jour, clin d'oeil à Joseph Martens, qui à 78 ans, classe un petit breton au CACT !


Continentaux : 1er CACT pour Gaïa
dimanche, 07 avril 2013

Continentaux : 1er CACT pour Gaïa

Légende photo : Premier CACT de printemps en ouvert pour Gaïa, sous la conduite de Sébastien

 

 

La chance semble avoir tourné pour Sébastien et Gaïa.

Gaïa était bien dans le coup depuis quelques concours, mais lorsque la plaine est rase, sans oiseau, plusieurs PO avaient incité la chienne à accelérer le rythme dans l'espoir de trouver les oiseaux, ce qui, en finalité, avait encore compliqué une situation déjà difficile avec des oiseaux tapis dans des labours profonds, et entrainé quelques éliminations.

Sur l'avant dernier concours, tout le monde y avait crû, mais un coulé compliqué et des oiseaux peu coopératifs avaient repoussé la récompense. Celle-ci est toutefois enfin arrivée à Villers-Faucon.

Un grand parcours, un arrêt bien tendu, un petit coulé, des oiseaux qui volent, une parfaite sagesse et c'est enfin le graal pour Sébastien et un 1er CACT de printemps pour Gaïa.

Le lendemain, Sébastien a également récidivivé en conduisant Falco, le braque allemand d'un ami lors de l'inter-clubs d'Avesnes-le-Comte.

Moins de chance pour Fédo, le petit épagneul breton.

Présent aussi à Avesnes-le-Comte, il pouvait prétendre à l'excellence sans ses vélléités d'indépendance. Un grand parcours, un joli point mais le manque de complicité l'a ramené au 2ème TB.


La réserve pour Fender à Villers-Faucon
dimanche, 07 avril 2013

La réserve pour Fender à Villers-Faucon

Légende photo : Fender à l'arrêt

 

Pendant que Manu, participait au trophée Gilbert Galant, les chiens de quête de chasse étaient à Villers-Faucon, dans la Somme. C'est Hadrien, revenu sur le circuit pour présenter Epson le braque allemand de Jean-Martel, aux championnats du monde des braques allemands et à l'open de France, qui a permis ce dédoublement.

 

Giotto : D'emblée, le chien montre sa volonté d'être le patron et pendant les 2-3 premières minutes, Hadrien a beaucoup de mal à le tenir dans sa main. Le changement de terrain, avec un environnement beaucoup plus ouvert, arrange bien les choses. Le parcours est grand, très grand, mais également complice. Là, c'est l'équipe qui avance et non plus un chien et son conducteur. L'osmose est parfaite et Giotto va chercher avec un superbe toucher d'émanation dans la puissance, le point nécessaire à son classement. Ce sera un 1er prix Excellent, sec pour la cause évoquée au début.

 

Galice : La chienne démarre bien et assure un point. Malheureusement, le juge ne voit pas les oiseaux partir. Relancée, elle ne tarde pas à profiter d'une seconde occasion. A l'issue d'une remontée sur la droite, elle se bloque dans un vallon. Hadrien court la servir, mais arrivé à 20 m, il s'arrête : la chienne semble avoir perdu le contrôle de la situation car elle repart sur sa gauche. Le vent est tournant et en revenant, elle se tape sur les oiseaux.

 

Ginko : Le parcours manque d'assurance et le chien laisse un couple.

 

George : Ce n'est pas son jour non plus, aussi en voyant son manque de décision, Hadrien préfère la retirer.

 

Faëlh : Le chien réalise un joli parcours. A l'extrémité d'un lacet, il se fige en même temps que les oiseaux partent. Le juge laisse terminer l'action, espérant un second couple, mais le coulé ne montre rien.

 

Jino : Trop, c'est trop. Il y avait des oiseaux partout. Jusqu'à 9 couples comptés sur son terrain, mais pas vraiment conciliants les bougres ! Après un arrêt "tic-tac", dans une négociation difficile, ça finit par voler !

 

En couples :

 

Fender est vraiment dans le coup. Il réalise un grand parcours, bien latéral, avec une exploration minutieuse des bordures, le tout dans un joli galop.

Hadrien le voit amorcer une remontée sur la droite en direction d'un agrainoir, puis se bloquer. Il fait couler le chien, mais rien ne vole. Il relance à gauche, mais Fender revient rapidement dans la cuvette et se bloque à nouveau, dans le même axe.  Hadrien attend à une cinquantaine de mètres que le setter revienne pour prendre le patron, mais celui-ci passe devant Fender et fait voler. Hadrien tire, puis va raccrocher Fender qui est resté parfaitement sage à l'envol et au feu et attend son conducteur. Relancé, le chien termine les quelques poignées de secondes qui restaient et c'est une réserve de CACT qui vient récompenser ce joli parcours.

 

A Avesnes -le-Comte, avec Epsom

 

Le regret de la journée sera pour Epsom.

Le braque allemand de Jean-Jacques court à Avesnes à l'interclubs des bretons. Hadrien, qui a une bonne heure de route entre les deux sites a prévenu l'organisation et les juges.

A leur arrivée, Laurent Veyssière les rejoint. Il a son temps à terminer avec Calin. Les deux braques allemands s'élancent et immédiatement, Epson impose le rythme à son concurrent. Il ouvre bien et domine ; c'est ainsi qu'il va chercher un point sur la droite. Hadrien attend le patron. Les oiseaux partent, tout le monde est sage, c'est vraiment un très beau match entre deux concurrents parfaitement aux ordres.

Le temps se termine. Hadrien est content de la prestation d'Epson pour sa première présentation en couple, mais le résultat ne suit pas : Excellent sec ! Calin fait le le CACT et une Korthals arrive en seconde position !


Elliot, 1er excellent !
dimanche, 07 avril 2013

Elliot, 1er excellent !

Le challenge Gilbert Galant, remporté par Cobalt avec Laurick Maudet.

 

Légende photo : Moment d'émotion lors de la remise du trophée Gilbert Galant

 

 

Le temps file à une vitesse...

La veille, les barrages, puis la remise des prix ont entamé la soirée. Il faut encore sortir les chiens et s'occuper d'eux avant de songer au diner. L'équipe a opté pour un cassoulet "maison". Après ces deux journées passées dans le vent et le froid, puis la victoire du Boulleaume, la pression est retombée un peu et chacun apprécie ces quelques heures de convivialité.

23 h, tout le monde se sépare et regagne son domicile ou sa chambre.

Pour Manu, il faut encore faire sortir les chiens.

Bref, le lendemain, le manque de sommeil se fait un peu sentir. La route s'est effectuée dans le brouillard, mais à Tincques, on aperçoit un soleil timide, mais bien présent. Le vent est complètement tombé ; nous allons avoir une belle journée ! Gilbert doit aussi y veiller de là-haut, puisque le trophée à sa mémoire est en jeu.

 

Pendant que Christian fait le point avec les guides du jour, et que je prépare la carte du dimanche avec les nouveaux territoires, car nous avons réussi à fournir des terrains vierges, chaque jour, pour toutes les batteries, les présentateurs s'attardent au café.

 

Les trois batteries sont enfin appelées et tout le monde se dirige vers les terrains.

Dans celle de Manu, le tirage au sort a désigné Four Rose pour commencer face à Erato.

 

Four Rose s'installe avec beaucoup d'ouverture. Malgré sa jeunesse, la jeune irlandaise montre une sacrée ambition. Vers la fin du temps, elle se bloque, dans le fonds d'un vallon. Le temps d'arriver, Manu ne voit pas de perdrix, mais c'est un lièvre qui part. Son concurrent lui explique que les oiseaux sont partis avant son arrivée. Ce sera un NC, car les juges lui reprochent un peu cette trop grande ouverture, mais après tout Four Rose n'est-elle pas, quelque part, une exception dans la race ?

 

Eliott lui succède. Son propriétaire, qui a dû aussi manquer de sommeil Wink, a du mal à nous trouver et il arrive juste à temps, alors que son chien vient de partir sur le terrain. Du coup, il abandonne sa voiture au bord de la route. Heureusement que Do-do a le permis et qu'il n'y a pas trop de marche arrière à faire, encore que professionnellement, il doit pouvoir assurer...

Mais revenons au chien, car c'est quand même pour lui que tout le monde est là ! Eliott s'installe tout de suite sur le terrain, avec une ouverture et une entreprise à la limite supérieure de la discipline. La présence d'un très long dépôt de fumier sur la parcelle permet de constater l'intelligence dans la négociation de cette fumière, qui, avec ce temps froid, abrite souvent des oiseaux. Nullement perturbé, il poursuit avec la même avidité et va prendre un point, très loin, dans une cuvette avec beaucoup de décision. Les oiseaux partent et Manu tire. Le chien reste parfaitement sage malgré la distance.

En constatant que le juge de gauche semble peiner pour arriver..., Manu ne peut s'empêcher de songer en souriant : A quand les stages de remise en forme pour les juges de grande quête ? Smile

 

Gucci, tout auréolé de sa victoire la veille court contre Glaukos, le setter du moment. Malgré la grande complexité du terrain, le jeunot n'a peur de rien et il "barde" sans état d'âme face à son concurrent beaucoup plus expérimenté. Le jeune pointer assure un très joli patron et reste sage à l'envol, malgré le départ de son concurrent derrière les oiseaux.

Le parcours se poursuit après un changement de terrain et Gucci montre une exploitation très minutieuse à gauche, en tout cas, plus que sur la droite. Pour autant le chien affiche aussi une décision sans faille et il traverse un labour difficile sans baisser de pied ! Malheureusement, un refus de patron entraîne son élimination.

 

Dylan, qui a assuré jusqu'au bout, hier, semble moins bien, aussi Manu préfère le retirer.

 

Eden se met très bien sur son terrain. Il explore de bordure à bordure, sans négliger le long d'un pâture sur la gauche, puis traverse un labour. Son concurrent étant éliminé, il terminera son temps à la fin de l'épreuve.

Dans la seconde partie, le setter donne toute la mesure don talent. C'est grand, maîtrisé, intelligent,... mais sans occasion et ce malgré du temps supplémentaire dans le cadre d'une reprise.

 

Ethik réalise encore une fois un joli parcours en deux temps. Malheureusement, ce sera sans occasion.

 

El Cordobès enfin, effectue un beau parcours, un peu plus appuyé sur la gauche que sur la droite, puis il prend un très joli point, mais "laisse un couple", dixit le juge.

 

Trophée Gilbert Galant :


Le suspense est demeuré jusqu'au bout de la journée, puisqu'au retour à la salle, la batterie déjà rentrée ne comprenait qu'un 1er TB. Il a donc fallu attendre le retour du troisième concours pour connaitre le nom du premier vainqueur de ce nouveau Trophée.

C'est Cobalt du Mas d'Eyraud, conduit par Laurick Maudet, qui emporte le CACT-CACIT et cette première édition.

Lors de la remise des prix, le président Tastet a rendu hommage à Gilbert Galant, passionné de chiens de sport et de pointer en particulier. Sans bruit, avec discrétion mais efficacité, il avait été le co-fondateur, avec Michel Dalle, des premières fêtes de la chasse dans le Nord-Pas-de-Calais et s'était très impliqué dans l'organisation des épreuves du pointer-club.

Aujourd'hui, ses amis ont souhaité poursuivre ce qu'il avait entrepris et cette nouvelle édition du Boulleaume s'est déroulée dans la continuité. Souhaitons qu'il en soit de même pour les suivantes.


Gagner le Boulleaume, un rêve devenu réalité !
dimanche, 07 avril 2013

Gagner le Boulleaume, un rêve devenu réalité !

Légende photo : Dylan, son heure de gloire est arrivée !

 

 

Gagner "LA" BOULLEAUME, comme disent les italiens... quel conducteur de britanniques n'a pas rêver de cette récompense prestigieuse ? Bien plus recherchée que l'open de France, qui pourtant est déjà, pour beaucoup, la référence sur le sol national ! Le Boulleaume c'est l'équivalent d'une coupe d'Europe et ça existe depuis plus d'un siècle pour le prix Mairesse et depuis plus de 80 ans pour son homologue, le prix Navette, qui concerne les jeunots.

Les grands chiens y ont gravé leur nom, tout comme les plus fines cravaches, qu'il s'agisse de setterman ou de pointerman. Le Capitaine Rostan a gagné deux fois le Mairesse avec Urf de Vifbel et une autre fois avec Yva, dans les années 20. D'autres ont également brillé plusieurs fois, mais avec à chaque fois un chien différent.

Les noms se succèdent dans ce palmarès impressionnant et si on retrouve ces noms dans la généalogie de nos meilleurs pointers actuels, ce n'est sans doute pas le fait du hasard, mais aussi la preuve que nos prédécesseurs avaient eu la sagesse d'utiliser ces chiens de valeur de l'époque.

Un bon sens qu'on n'a peut-être plus à l'heure ou internet fait et défait les réputations, alimente les rumeurs des chasseurs de polémiques, davantage préoccupés par leur nombril que par l'utilisation de leur race favorite.

Faire de jolis lacets s'apprend, comme un perroquet apprend à répéter, avoir l'instinct du prédateur, son intelligence dans la prise de points, ne s'apprend pas. C'est inné et chaque sortie ne fait qu'aiguiser ce brio dans la prise de risque, le sens de la chasse, alors que dans l'autre cas, notre élève docile ne fait que réciter une leçon bien apprise. C'est bien, mais ça ne procure pas les mêmes émotions et surtout ça ne transmet pas les mêmes choses ! Mais, bon, dans ce registre, on verra ce qu'il en sera dans quelques décennies !

 

Pour l'instant, revenons à l'édition 2013, qui se déroulait à Tincques et dans les environs, sur les territoires d'une quarantaine de communes, mis aimablement à disposition par des sociétés de chasse ou particuliers. De beaux terrains ouverts, une densité de gibier satisfaisante,... si on avait pu ajouter une végétation plus haute, et une météo plus clémente, on aurait sûrement été dans des conditions presque idéales.

Néanmoins, en cette fin d'après-midi du samedi, le moment est magique pour Manu. En l'espace d'une heure, il va entrer dans l'histoire et remporter à la fois le Mairesse et le Navette, le même jour, ce qui n'a pas dû arriver souvent, si jamais l'évènement s'est déjà produit !

 

Mairesse : Tout a commencé le matin, avec les trois batteries, composées chacune d'une quinzaine de couples.

 

Dylan : Premier du concours, il place d'emblée la barre très haut en réalisant un parcours d'école, appliqué, studieux, à mille lieux de celui de son maître, parti en vacances, le jour de la plus belle compétition de l'année ! Cool

Deux points assurés de belle manière finissent de mettre la pression à tout le monde.

 

El Cordobès lui succède dans un terrain entrecoupé de gros labours profonds. Le chien s'applique pour faire plaisir à Manu et à sa maman arrivée pour l'occasion de Suisse. Il veille à ne pas franchir la ligne rouge avec laquelle il s'était autorisé un peu de liberté, ces derniers jours, aussi, dans les premières minutes du parcours, sa quête est dans la limite inférieure de la discipline.

Un très beau lacet à gauche et la traversée d'une route laissent cependant espérer une élévation du niveau de la prestation, mais elle tourne court avec la tape sur un couple tapi à l'abri du labour très profond.

 

Eden : Se met bien sur son terrain à gauche où il vient d'être lancé et prend une pose d'arrêt sur une triade, qui vient juste de partir devant. Il repart à droite, respecte un lièvre, ce qui rassure son dresseur.

On en reste là, puisque son concurrent vient de se faire éliminer.

Lors de la seconde partie, il occupe le terrain avec la même aisance et s'assure un point, mais en laissant un second couple, c'est l'élimination.

 

Eliott assure un joli parcours, un peu serré peut-être.

 

Etick réalise un excellent parcours, très volontaire, et sans se laisser impressionner par son adversaire du jour, Glaukos, qui, si l'on considère le nez et l'amplitude, est probablement le meilleur setter anglais du moment en Europe. Le pointer de Manu passe les labours, saute les routes sans douter. Malheureusement, l'oubli d'un couple met un terme prématurément au temps.

 

Le barrage du Mairesse :

 

Dylan est au barrage avec deux setters anglais, Cantarès et Artu. Le jury est présidé par l'italien Tognotti, assisté de l'espagnol Urra et du français Tastet.

Les deux setters s'affrontent tout d'abord et Cantarès est gardé, face à Dylan. Le petit pointer est très concentré. Le matin, il a réalisé un grand parcours, comme s'il avait compris que c'était le jour où il fallait tout donner. En tous cas, c'est encore l'impression qu'il laisse lorsque Manu le lâche. A l'envie de vaincre, d'être le premier à trouver les oiseaux, s'ajoute une parfaite latéralité. Il n'en fallait pas davantage pour séduire le jury qui lui décerne l'IT et la victoire du prix Mairesse, face à Cantarès, qui n'a pas démérité pour autant.

 

 

Le barrage du Navette :

 

Comme nous l'avions expliqué précédemment, 5 chiens avaient été sélectionnés parmi la petite quarantaine de participants à cette épreuve.

Le prix Navette est ouvert aux pointers et setters de moins de 3 ans. Ils peuvent avoir été classés au préalable. L'objectif est de mettre en valeur de jeunes chiens qui montrent sur le terrain de très grandes aptitudes naturelles, avec notamment l'avidité dans la quête, l'audace et l'ambition dans la recherche du gibier, et bien entendu, les indispensables qualités de style et d'équilibre.

Les chiens sont d'abord examinés en solo. S'ils ne sont pas dans la note de l'objectif recherché, leur parcours est arrêté. S'ils présentent les exigences recherchées, et qu'ils n'ont pas eu d'occasion, ils sont repris.

A l'issue de cet examen, les chiens méritants et ayant pris un point sont sélectionnés pour le barrage, qui se court en couple. Au cours de ce second tour, le CACT peut être exceptionnellement attribué au chien ayant pris un point et ayant fourni, cela va de soi, mais c'est quand même mieux en le rappelant, une prestation de qualité parfaite, en tous points.

Ces précisions du réglement étant rappelées, voyons maintenant le barrage, qui s'est déroulé sur une belle plaine bien ouverte, permettant au public de suivre l'évolution des chiens.

 

Manu présente ses trois chiens successivement. En face, d'abord le setter de Laurick Maudet, puis le pointer de Manu Marco. Ce dernier reste en lice et du côté de Manu, c'est Gucci, qui est retenu. Hier, déjà sa prestation était parfaite et aujourd'hui, il est dans le même tempo.

Le jeunot est complètement décompléxé face à Nab Fire, son aîné de l'année précédente, et assure un sacré numéro, jouant de malice pour trouver les oiseaux. Comme un vieux singe, sans jamais se laisser déborder, ni dominer, il explore tous les recoins, avec la rage du véritable "trailer", l'instinct du prédateur !

Cette prestation complète et rare chez un chien aussi jeune, a séduit le jury, qui lui a décerné le prix Navette.

Grosse émotion pour Philippe, son propriétaire, qui attendait un tel chien depuis 20 ans !

Grosse pensée de Manu pour son ami, Gilbert, qui l'a toujours aidé et soutenu.

Cette victoire du Boulleaume, Manu la partage également avec les propriétaires, détenteurs de droits de chasse et gardes, qui lui permettent d'entrainer dans différentes régions de France et de poursuivre la préparation d'Andalousie sur du gibier naturel et en particulier des "gris".

Cette victoire est bien sûr un vieux rêve et il l'apprécie d'autant plus qu'il sait qu'il faut aussi savoir accepter de perdre. Alors, lorsque la victoire est là, elle est d'autant plus belle !


<< | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | >>


Vous pouvez retrouver les anciens articles sur le précédent site en cliquant ici