LES

BUVEURS

D'AIR

<< | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | >>

Des "G" au classement, malgré tout !
lundi, 25 mars 2013

Des

Légende photo : Giotto, un excellent début en compétition !

 

 

Coyecques, ce n'était pas que le derby ! Chaque jour, des spéciales se sont déroulées et Manu avait inscrit quelques "G", qui sont un peu précoces et montrent déjà de belles possibilités.

 

Cependant, avec les conditions très particulières, Manu était très inquiet et n'espérait rien des concours. Enfin, si, surtout que ses chiens ne blessent pas sur les terrains durs et parfois riches en silex et qu'ils ne se mettent pas à douter, en raison de la difficulté.

 

Mais les buveurs d'air sont d'abord des guerriers et la jeune génération l'a prouvé à son maître.

 

Explications et retour sur un week-end dur mais dense en émotions.

 

Concours solo :


Giotto : Se met bien sur son terrain composé de parcelles de chaume et de blé entrecoupées de labours. Après une tape dans la minute, il finit son temps en faisant des poses sur les lièvres.

Le lendemain, se met également bien en place. Une pose d'arrêt servie. Relancé, le chien attaque un labour sans complexe et prend un excellent point, bien dans le style et avec beaucoup d'autorité, dans un colza.

Relancé, il termine son temps dans un labour, avec beaucoup de continuité. Au final, il se classe 2ème excellent. Voilà un carnet de travail bien inauguré.

 

George : La chienne se tape dans son premier lacet et Manu la sent désorientée par cette mésaventure. Du coup, il préfère la retirer.

Le lendemain, elle se livre bien mieux. Elle prend une pose d'arrêt dans la minute sur des oiseaux qui sont vus, puis s'installe avec une belle prise de terrain. Elle respecte un lièvre. Après une pose d'arrêt servie, elle réalise 2-3 contrôles sur lièvres et finit son parcours avec une quête un peu moins ordonnée.

 

Galice : C'est assurément le meilleur parcours du samedi matin. La chienne est à l'aise malgré les conditions peu favorables. Elle traverse blés, labours,... respecte lièvres et chevreuils. Mais du côté des oiseaux, c'est le désert ! Elle termine son parcours sur le même pied, avec toutefois une pointe d'énervement sur les lièvres qui continuent de croiser son terrain.

Le lendemain, dans un terrain assez restreint, elle prend une pose d'arrêt justifiée, puisque les oiseaux volent 100 mètres devant. C'est fou la façon dont ils piétent comme des malades ! Galice s'attarde un peu sur cette place, mais ensuite reprend sa quête de plus belle et verrouille un couple. C'est un excellent point. Relancée, elle fait un crochet en dedans mais le terrain est compliqué avec des décrochés. Elle finit ensuite son parcours de jeune chienne et c'est un 3ème excellent qui ouvre son carnet de travail.

 

Faëlh : Dans la minute, prend un  arrêt mais les oiseaux courent à pattes à toute allure sur ces terrains dénudés et s'envolent 100 mètres devant. Le chien reprend sa quête et s'installe bien. Une pose d'arrêt. En étendant son lacet dans un labour à droite, il aurait pu profiter d'un couple.

Le lendemain, demarre avec un lacet en dedans dans la minture, puis s'installe dans un grand parcours, parfatement équilibré. Malgré son courage, et deux poses d'arrêt servies, les oiseaux ne se sont pas montrés conciliants.

 

Gynko : Bien que les choses aient été compliquées, Gynko a montré au cours de ces deux journées jun e grande régularité en décrochant un classement à chaque fois. Certes, tout n'est pas parfait, et le chien a besoin de prendre de la maturité et de l'expérience, mais chaque jour on a suivi un parcours de jeune chien très volontaire. Le samedi, il s'est classé 3ème très bon.

Le lendemain, il est découplé sur un terrain très vallonné, entrecoupé de talus, mais il attaque avec la même ardeur que la veille. En fin de parcours, il se bloque derrière une haie et ne voit plus son conducteur. Il bloge très légèrement à l'envol et Manu l'appuie pour assurer le point. C'est donc un 4ème TB.

 

En couples :


Fender : Le chien s'installe bien sur le terrain et respecte un lièvre sur la gauche, tandis que 3 autres courrent devant lui. Difficile de rester bien concentré avec un tel environnement. Du coup, un couple en profite pour se défiler sur la droite !

Le lendemain, alors des bourrasques à plus de 50 km, avec un ressenti de -8°, balaie la plateau de Coyecques, le chien se met bien en place sur le terrain avec une très belle latéralité. Côté style, c'est également la classe avec un beau galop. Mais beau n'est suffisant et un couple oublié met un terme à la prestation.


Dur-dur mais tellement chaleureux !
dimanche, 24 mars 2013

Dur-dur mais tellement chaleureux !

Le président Tastet remet la médaille pointer-club à Christian Feutrel, président du GIC et Xavier Tanfin, agent de la Fédération des chasseurs



"C'est aussi dans la difficulté qu'on voit les grands chiens". Au soir du second jour de Coyecques, cette analyse du président du pointer club en disait long sur les conditions exceptionnelles de ces deux journées.

Il faut bien reconnaitre que pour une première épreuve sur le GIC de la Lys, on a connu le pire : des terrains nus, parfois des silex, des labours profonds, une température proche de 0° avec un vent de nord-nord-est glacial qui accentuait le ressenti du froid, et des bourrasques jusqu'à 50 km/h, une bonne averse de neige, des oiseaux forts discrets, qu'il fallait aller chercher près des villages et surtout parvenir à bloquer, des lièvres joueurs,... De ce côté-là tout y était ! Le pire ayant été vécu, on ne pourra donc que connaitre mieux si une seconde édition arrive l'an prochain.

 

Par contre, côté humain, un concours comme on en rencontre rarement : des guides disponibles, en nombre suffisant, qui allaient chercher les concurrents pour les emmener sur les différents concours, une restauration sympa avec un apéro, un plat chaud, une boisson, un quartier de tarte, le tout pour 8 €, et puis cette chaleur dans l'accueil qui n'appartient qu'aux gens du Nord !

Comment peut-on, dans ces conditions, transgresser les règles et se comporter en goujat mal élevé ? Il faut croire que le pointer n'a pas que de gentlemens ? En tout cas, en réalisant un entrainement sauvage, au petit matin, alors qu'il avait bien été expliqué à tout le monde que c'était interdit, ce présentateur nuit à l'image de la race, compromet toute une organisation et le contrat moral avec les propriétaires. Le jour où ces mêmes propriétaires excédés par ces débordements fermeront leurs portes, ce sont les concours qui disparaitront et avec eux les présentateurs !

A méditer aussi à l'heure où il devient de plus en plus difficile de disposer des terrains parce que les agriculteurs sont de moins en moins des chasseurs !

 


Derby des jeunes 2013
dimanche, 24 mars 2013

Derby des jeunes 2013

Gillepsie des Buveurs d'Air, vainqueur du Derby mâle 2013


Légende photo : Patrick Teulières et Emmanuel Bourgeois à l'heure des récompenses pour les meilleurs chiens du derby des jeunes


L'équipe des buveurs d'Air était bien garnie pour cette édition 2013 du derby des Jeunes. Pas moins de 10 chiens, dont 9 "G" de la portée Démon x Elite, étaient bien décidés à en décourdre sur le terrain.


Manu avait donc presque rempli à lui seul le concours jugé par Hubert Santoire, qui n'a pas ménagé ses efforts, comme d'habitude, pour essayer de mettre en présence tous les chiens. Manu a beaucoup de respect pour cette figure incontournable au pointer club.

Si Manu était donc ravi d'avoir pour juge l'un des grands hommes de la grande quête, par contre, pour le reste, c'était beaucoup plus délicat. Les oiseaux étaient plutôt rares et avec le froid, l'absence de végétation, ils avaient déserté la plaine pour se mettrre à l'abri aux abords des maisons.

Bref, des terrains compliqués, une météo partculièrement défavorablement avec un vent de nord-nord-est fort,... autant de handicaps pour des jeunes chiens !


Génépi : Grand parcours bien équilibré à travers les lièvres. Le chien passe les cultures et le labours avec la même aisance, mais rien, pas un piaf. Repris à 19 h, dans le froid et presque à la nuit tombée, il ne peut profiter d'un couple.


Gaiac : Se livvre tout aussi facilement, mais semble un peu plus géné par les lièvres ce qui laisse parfois une impression de parcours légèrement décousu. Lui non plus n'est pas perturbé par les terrains pelés et les labours ; il saute même les talus sans aucune appréhension. Le chien prend deux pose d'arrêt dans la même direction mais ne parvient pas à profiter d'un couple tapi dans un labour profond.


Gucci : Comme ses frères, il s'installe tout de suite sur le terrain, mais celui-ci est compliqué car un bois le limite sur la droite. Les rouquins sont toujours de sortie et c'est un vrai festival. Il en respecte au moins 7, puis saute un fossé, traverse une route et remonte une émanation pour se bloquer. Malheureusement, lorsque les oiseaux s'envolent, il les accompagne avec entrain.


Gillepsie : Dans un terrain cousu de silex, il s'installe sans montrer de gène et au bout du premier lacet, remonte un couple. Il se bloque et ça vole en même temps. Les lièvres sont toujours présents et l'un d'eux fonce même sur le chien, qui le dédaigne sans broncher. Il faut des nerfs d'acier à de jeunes chiens pour résister ainsi à la tentation de poursuivre ces diables de capucins !

Le chien termine son temps, en prenant un point sur la droite. 1er Excellent.


Gadjo : Manu avait l'obligation de lâcher les chevaux. Les propriétaires n'étaient pas là mais ils auraient été satisfaits, car à peine sur le terrain, le cabot va tourner à 600 m, parfois plus, et continue avec la même amplitude pendant une dizaine de minutes. Malheureusement en vain ! Seuls 3 lièvres parfaitement respectés croisent le parcours. Le juge décide alors de se rapporcher des maisons et c'est là que Gadjo prend un superbe point. Un trop grand enthousiasme à l'envol des oiseaux le ramène au CQN.


Ginko : Manu lâche le chien dans un labour où il avait été aperçu des oiseaux se reposer. Ginko est un chien courageux et il en fait encore une fois la démonstration. Mais les conditions sont vraiment trop dures et Manu préfère le retirer en voyant son chien baisser de pied.


George : La chienne s'installe bien sur le terrain mais Manu la sent interrogative. Des poses d'arrêt confirment ce sentiment, aussi Manu préfère la retirer.


Giotto : Le chien a couru le matin en solo, mais il est nettement mieux lors du derby. En suivant sa foulée, on le voit concentré et Manu n'a pas à intervenir. Juste être là, accompagner, partager cette lecture du terrain dans la même complicité. Giotto réalise une belle quête de chasse. Une pose d'arrêt, mais là encore justifiée : les oiseaux, qui piétent comme des malades se sont décalés et s'envolent sur la droite. Le temps s'achève sans aucune autre occasion.


Galice : La chienne est lâchée dans un terrain vallonné où le juge a vu des oiseaux se reposer. Effectivement, un couple est bien là, mais la chienne se tape dans un lacet. Courageuse, elle termine son parcours au mental, avec un autre occasion mais les oiseaux ne sont pas joueurs avec ce vent froid. La chienne s'arrête, Manu fait couler, rien ! Il raccroche et là à 50 devant, le couple vole au ras de la pature qui jouxte la parcelle.


Flight : La plaine étant vraiment inhospitalière, le juge décide de changer de terroir et de revenir près des maisons, pour essayer de coincer les oiseaux. Effectivement, en approchant, plusieurs couples s'envolent au loin ! Manu lâche son petit diable en croisant les doigts, car il sent la volonté et la concentration de son compagnon. Deux poses d'arrêt successives, on y croît mais rien ! Loiseaux étaient pourtant là, car le guide les a vus se défiler. Le juge décide de continuer dans un labour, mais sans plus de chance. Le chien arrête, mais rien. Manu raccroche et relance et les oiseaux volent !


Peu de qualifiés donc au final, mais Manu est fier de ses chiens. La nouvelle génération des Buveurs d'Air a de la moelle et du panache.

Mention spéciale à Pauline, qui a assuré pendant tout le week-end tel "un vrai guerrier" ! Un vrai Buveur d'Air, comme se plaisait aussi à le souligner Hadrien.

Remerciements à tous les amis et propriétaires passionnés qui sont venus soutenir Manu dans cette journée glaciale.


Les chiens sélectionnés pour la finale du Derby :


Femelles :

Frimeuse des Grandes Rafales, conduite par Philippe Rault

Fana, conduite par Patrick Teulières

Gitane des Verchamps, conduite M. Millier

Flamme des Grandes Rafales, conduite par Fabrice Muscari


Mâle :

Gillepsie des Buveurs d'Air, conduit par Manu


Le barrage :


Le barrage s'est déroulé, dimanche matin, sur un terrain difficile car très cailloutteux. A l'unanimité du jury, présidé par Yves Tastet, c'est Fana, conduite par Patrick Teulières, qui s'est imposée chez les femelles.

En mâle, Gillepsie était seul, mais ce n'était pas gagné pour autant car il faut que le chien soit bien dans l'esprit du derby pour l'emporter. Pas de problème pour Gillepsie, qui a assuré le spectacle et réalisé un très beau retour vers le jury, dans un galop très fluide.


Dure journée... mais grand monsieur !
samedi, 23 mars 2013

Dure journée... mais grand monsieur !

Hubert Santoire : un éleveur de renom, un sportif de haut niveau, un juge passionné !

 

 

Un vent glacial, des terres pelées, des lièvres bien présents et des oiseaux forts discrets ou inapprochables, le field de Coyecques a tenu toutes ses promesses au coeur d'une saison anormale de par ses conditions extrêmes.

 

Alors que la nuit tombe et après plus d'une vingtaine de présentations dans la journée, Manu est "lessivé" lorsqu'il rejoint le camion avec le dernier chien du derby. Depuis le début de l'après-midi, pour le derby, il parcourt en vain les blés invisibles et les labours caillouteux pour trouver des oiseaux. Inlassablement, et avec une forme physique à faire rêver plus d'un de ses cadets, Hubert Santoire est sur ses talons. Pas parce qu'il craint de ne pas voir une action, mais d'abord parce qu'il aime ça. Non, en fait parce qu'il adore ça, qu'il vit chaque instant en field avec l'intensité et l'émotion de ses débuts. Parce qu'il est un vrai pointerman.

 

Kilomètre après kilomètre, il traverse la plaine remonte les vallons, derrière ces fameux "G", qui lui explosent la vue comme le ferait un succulent plat pour ses papilles. Malheureusement, les conditions ne sont pas là et malgré le travail des chiens et leurs reprises, le talent du conducteur, la pugnacité du juge et les conseils du guide, seul un chien pourra être mis en présence.

 

Dommage pour tous, mais chapeau bas à Monsieur Santoire. Merci pour votre éternelle jeunesse mise au service de la race, mais aussi votre enthousiasme et surtout le regard émerveillé que vous avez su garder lorsqu'un chien vous plaît, et ce même après avoir vu des milliers de parcours. C'est la meilleure des récompenses pour tout présentateur.


Voir Coyecques et mourir .... de froid !
vendredi, 22 mars 2013

Voir Coyecques et mourir .... de froid !

 

Il a fallu des guerriers pour courir la semaine d’hiver de grande quête…

Il a fallu des guerriers pour la coupe d'Europe et le championnat d'Europe en Grèce sous la pluie ou dans la neige...

Il faudra encore des guerriers, demain, à Coyecques, dans le Pas-de-Calais, pour affronter les bourrasques, la grêle, la neige, ...

 

L'an dernier, tout le monde était en t-shirt, cette année, ce sont gants, doudoune et chapka qui sont de rigueur !

 

Si l'on y ajoute l'absence de végétation, des oiseaux près des haies, donc qui laissent peu d'émanation sur le terrain, il va falloir de sacrés combattants et surtout beaucoup de chance.

 

Le printemps est arrivé, nous dit le calendrier, mais la saison des fields du même nom a du plomb dans l'aile !

 


CACT pour Dylan !
vendredi, 22 mars 2013

CACT pour Dylan !

Dylan à l'arrêt

 

 

L'hiver a réalisé une nouvelle offensive au lendemain du printemps et le field de Fienvilliers, dans la Somme, s'est déroulé dans la froidure.  Il n'y aura guère qu'une petite période d'une heure ou deux, dans la journée, où les chiens ont réussi à prendre des points. Complètement déroutante cette saison pour les chiens d'expérience, alors pour les jeunes, c'est pratiquement mission impossible !

 

C'est Jino qui attaque en solo. Le setter s'installe sans problème et déroule un très grand parcours. Le chien prend une pose d'arrêt, puis respecte 2 lièvres, mais malgré 20 minutes de parcours, il termine sur un PO.

 

On passe enuite aux couples. Dylan s'élance et immédiatement, tel un vieux renard, il analyse le terrain avec la connaissance d'un prédateur. Rien ne lui échappe pour trouver les remises possibles des perdrix. L'expérience a du bon et la lecture du biotope est juste, car un joli point vient bientôt récompenser cette hargne à trouver le gibier. Un respect de lièvre vient couronner le tout et c'est la timbale !

 

Etick est également bien dans la note, tout comme El Cordobès, ensuite. Mais les deux chiens, à force d'être grands, sont trop grands et sortent de la main de leur conducteur.

 

Eden est très concentré et bien installé sur un terrain très vallonné. Il prend un point classique, puis un second à couper le souffle et finit son parcours le même rythme. Il fera 3ème excellent.

 

Démon entre à son tour en piste. Manu est un peu inquiet. Le chien a du subir une intervention, hier, pour vider un abcès sur les côtes. Sera-t-il remis ? Un pose d'arrêt fait craindre le pire, mais la réponse, c'est Démon qui la donne finalement avec un parcours dans la grande dimension. Le chien est égal à lui-même, un vrai guerrier ! Il prend tous les risques pour s'assurer un superbe point et se classer 4ème excellent.

 

Eliott, aujourd'hui, a le soutien de son propriétaire. Le pointer s'installe bien sur le terrain et attaque les labours. Une pose d'arrêt, mais le chien prend le point dans la foulée en traversant la route et dans la direction qu'il avait déjà indiquée. Ce sera un excellent.

 

Le barrage s'est déroulé à la nuit tombée, alors qu'on n'y voyait plus assez pour suivre les chiens.

Dylan et Cobalt sont partis à toute allure et sortis de la main de leur conducteur respectif.

 

A noter, hier, Cobalt conduit par Laurick Maudet, avait emporté le CACIT.


Manu, meilleur conducteur en Grèce...
jeudi, 21 mars 2013

Manu, meilleur conducteur en Grèce...

Manu et Dylan en Grèce

 

 

Alors que l'aventure grecque a cédé le pas pour vivre pleinement ce printemps français si particulier, un mail vient de replonger Manu dans les souvenirs ...

 

Pino Dellatorre, directeur de la "Gazetta", la revue cynophile italienne, s'est dit très impressionné tant par le niveau des chiens que Manu a présenté que par les résultats obtenus.

 

La qualité du compliment prend toute sa dimension lorsque l'on sait que Pino Dellatore est un éleveur reconnu (affixe della Cisa), mais aussi l'ancien président du pointer club italien.

 

Le directeur de la Gazetta a d'ailleurs étudié soigneusement l'ensemble des résultats obtenus par les présentateurs, à travers une grille de classement. Une fois, tous les résultats rentrés, le meilleur score a été obtenu par Emmanuel Bourgeois.

Voilà donc Manu en tête du classement des conducteurs de fields, qui se sont déroulés en Grèce à l'occasion des championnats et de la coupe d'Europe.

 

Il n'y a sûrement pas beaucoup de dresseurs français qui ont atteint ce niveau de résultat ; en tout cas, le fait est suffisamment rare pour qu'il soit souligné à sa juste valeur.

 

D'ailleurs, le directeur de la Gazetta compte bien revenir sur ce classement dans la revue italienne et donner la parole à Manu, afin qu'il présente ses chiens, mais évoque aussi ses impressions, ses observations,... bref, tout ce qui a fait ces quinze jours de compétition.

 

A la veille d'un autre grand rendez-vous majeur pour la race (derby des jeunes) et dans des conditions qui s'annoncent aussi difficiles (les prévisions météorologiques font état de grêle et de 3 à 10 cm de neige sur le week-end avec un ressenti des températures entre -4° et -7°), le message de sympathie d'un abbraccio de la trempe de Pino Dellatore ne pouvait que motiver l'équipe des "Buveurs d'air", pour ce nouveau défi.

 

Conducteurs                     Points


Bourgeois Emmanuel            68

Girandola Stéfano               54

Rapakoulias Christos           46

Eschini Paris                        44

Mavridis Théodoros              40

Lombardi   Rudy                   37

Kanidis Cristos                      32

Taccon Luigi                          29

Manolakis                             25

Dotti Livio                              21

Lanne Jean-Michel                  21

Testa Angelo                          21

Traina Severino                      20

Dave Camille                         18

Maggiolo Luigi                        18

Cantoni Giacomo                    16

Monge Jérome                        15

Simeons Richard                      15

Baraghini Fabrizio                     14

Urhard Michela                         14

Gavrilovic Dejan                        14

Baldoni Giorgio                         14


Oh, my Darling ... et de trois !
mercredi, 20 mars 2013

Oh, my Darling ... et de trois !

Légende photo : Darling, super star avec 3 CACIT en 3 sorties !

 

 

On parle souvent de la loi de séries... Darling en est sûrement la meilleure illustration, encore qu'ici rien ne soit le fait du hasard. Juste la conjugaison du talent et du travail. Cette saison,  Darling montre, et avec quel panache, l'aboutissement d'une préparation comprise et acceptée, mais aussi réalisée en bonne intelligence avec son dresseur.

 

Mais revenons au début de cette journée printanière (dans le nord, l'arrivée du printemps se salue avec un cocktail de neige fondue et pluie glaciale, servi avec une température idéale pour la conservation. Bref, on est gelé dans le meilleur des cas et trempé dans le pire !

 

Ajoutons à cela un rétroviseur cassé (Ah, il y a vraiment des c... et la bêtise humaine est incommensurable), et voilà toutes les conditions réunies pour bien commencer une journée de field !

 

Darling est la première à passer. Comme les jours précdents, elle s'installe immédiatement sur le terrain et prend 1 fort beau point. Deux respects de lièvres plus tard, la voici obligée de patienter jusqu'à la fin du concours (nouveau réglement oblige) pour terminer son temps car son concurrent vient d'être éliminé.

A la reprise, elle achève son temps sur le même rythme et avec la même intensité. Du grand cabot !

C'est donc un quatrième CACT qui vient saluer cette nouvelle prestation de grande qualité.

 

 

Faëlh est également bien concentré et son parcours est excellent. Il assure un patron mais, en fin de parcours, il laisse des perdrix bien placées. C'est l'élimination.

 

C'est le tour de Fender. le jeune chien a hérité d'un terrain assez compliqué à gérer. Il respecte deux lièvres, mais doit aussi interrompre sa prestation. Son concurrent étant éliminé, il doit patienter jusqu'à la fin de l'épreuve.

Finalement, il devra concourir contre Jino, son copain d'écurie (c'est peut-être fort bien d'exiger que les temps à finir soient réalisés à la fin du concours, mais alors, il aurait peut-être fallu également prévoir qui doit présenter en by pour permettre au concurrent de terminer son temps !).

Bref, comme, il n'y a personne et que les juges n'ont aucune solution, Manu a dû faire courir ses propres chiens, les uns contre les autres, avec tous les handicaps que cela comprend puisqu'on ne peut, surtout en concours, conduire de façon optimale chaque chien en même temps !

Voilà donc Fender confronté à Jino pour terminer son temps. Il patrone sur Jino, là où il y avait des perdreaux et c'est l'élimination.

 

Jino est encore plus mal lôti que ses copains car il doit s'y reprendre en trois fois pour faire son temps !

Néanmoins, il occupe bien son terrain. On peut lui reprocher un lacet en dedans (un seul), mais il termine dans la belle note de la quête de chasse en prenant un point loin devant Manu. Sage à l'envol et feu, il  reprend néanmoins sa quête quelques secondes plus tard. Ce sera donc un CQN.

 

Canelle réalise un très bon parcours. La chienne refuse un patron dans la minute et termine son parcours sur une pose d'arrêt. Donc pas de regret.

 

Au final, une journée comme les autres sur le plan des conditions avec un froid humide, l'absence de végétation, et une températue hivernale.

 

Une journée qui a mis, encore une fois, sur le devant de la scène des chiens doués et souvent avec suffisamment d'expérience, mais dans de telles condirtions, peut-il en être autrement ?

 

Pour le reste, les temps changent... Seul Yannick Molès a eu la sportivité et la gentilesse d'assurer une partie des by nécessaires aux chiens de Manu. Qu'il en soit remercié.

 

 Les chiens du jour :


En quête de chasse - Ourcel-Maison (60):


CACIT : Darling de l'Anse de Ty Roux, setter irlandais femelle, conduite par Emmanuel Bourgeois.

Note à l'attention de M. Trubuilt, l'heureux propriétaire de la chienne : il serait sans doute plus avantageux d'acheter désormais le champagne par palette pour faire face aux "arrosages" à répétition !  Cool

 

RCACIT : Dori, setter anglais femelle, conduite par Jose Luis Sanz

 

En grande quête - Somme-Suippe (51) :

CACIT : Chave du val de Ruth, setter anglais mâle, conduit par Camille Dave

 


Merci et bon rétablissement !
mardi, 19 mars 2013

Gravement accidenté, Jean-Michel Laffon se remet doucement de ses blessures. Son immobilisation forcée ne l'empêche pas de suivre l'actualité cynophile.

 

Jean-Michel a remarqué les bons résultats obtenus par Manu et lui a adressé un sympatique message.

 

La reconnaissance d'un confrère, comme Jean-Michel Laffon, ne laisse pas indifférent, aussi Manu a apprécié la justesse de ses propos et la franchise de son analyse.

 

Il faudra encore du temps avant que Jean-Michel revienne sur les terrains ; en attendant, Manu lui adresse tous ses voeux de rétablissement.


Vivement le printemps !
dimanche, 17 mars 2013

Aujourd'hui repos dominical... mais pas pour Manu, qui a décidé de sortir les jeunes qui participeront au derby en fin de semaine, ainsi que ses chiens de grande quête, qui courrent dans quelques jours.

 

Neige oblige, il a fallu trouver une solution de repli entre Beauce et Perche, mais ce n'est guère mieux...

Tout y passe : neige, grèle, orage, ... s'enchainent avec des vents à plus de 80 km/h. Juste un petit coin de ciel ramène l'espoir d'une amélioration entre deux rafales.

 

Heureusement, Pauline et Daniel sont là et assurent !

 

Sur le terrain, les lièvres sont bien présents, mais la densité de perdrix est également là et tous les chiens sont mis en présence ; pratiquement tous parviennent à prendre des points même si c'est plus compliqué pour les jeunes.

 

Bref, un dimanche tranquille à la campagne, mais vivement le printemps !

 

En ce qui concerne Manu, il progresse également et à vaincre ainsi chaque jour les éléments naturels, il sera bientôt prêt pour le marathon de New York, à moins qu'il ne doive passer auparavant par la maison de repos ! Wink

 

En tout cas, il se prépare physiquement et moralement à affronter, le week-end prochain, les rafales de Coyecques ! Ne souriez pas, et demandez-vous plutôt pourquoi on voit autant d'éoliennes sur le plateau de Coyecques ! Laughing


<< | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | >>


Vous pouvez retrouver les anciens articles sur le précédent site en cliquant ici