LES

BUVEURS

D'AIR

<< | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | >>

Pas d'occasion !
jeudi, 28 mars 2013

Aujourd'hui, Sébastien était à Ficheux dans le Pas-de-Calais, avec Gaïa. Première du concours jugé par M. Delehoye, la chienne n'a pas eu à patienter trop longtemps. Le guide a emmené toute la caravane au début de territoire, au pied d'une butte. Le juge a décidé de monter de quelques dizaines de mètres afin de découvrir et de pouvoir suivre le parcours du chien. Un couple s'est envolé devant pendant la marche.

Mais revenons au parcours de Gaïa.

Sitôt lachée, la chienne s'installe sans aucun complexe dans le labour. L'amplitude et le rythme sont dans la note supérieure. Les minutes passent et Gaïa traverse un blé avec la même passion.

Conducteur, juge et guide sont maintenant arrivés devant des patures. Tout le monde contourne la clotûre très serrée pour arriver devant un colza et poursuivre le parcours, mais, chemin faisant, 3 couples s'envolent à une cinquantaine de mètres devant. Les oiseaux sont légers aujourd'hui et ne tiennent guère.

Relancée, la chienne poursuit avec le même entrain. Elle respecte un lièvre mais reste très concentrée et va contrôler toutes les bordures.

A la 28ème minute du parcours, le juge l'arrête, mais la chienne n'a pas baissé de pied et tout le monde a parcouru du chemin. Le parcours est très grand, malheureusement, elle n'a pas eu d'occasion.

Merci à B. Faussurier qui a avancé le camion de Sébastien et évité ainsi une très longue marche de retour.


Grande quête : pas mieux à Droupt st Basles !
mercredi, 27 mars 2013

Grande quête : pas mieux à Droupt st Basles !

Dommage pour Eliott, son parcours était excellent !

 

Journée "sans" aujourd'hui pour toute l'équipe, des britaniques aux continentaux, tant en France qu'à l'étranger ! Mais c'est aussi la loi du sport. Nos chiens ne sont pas des machines et lorsque les conditions font défaut, ils peinent ou vont à la faute !

Petit retour sur la journée de grande quête, qui se déroulait à Droupt saint Basles, dans l'Aube.

 

Tout semblait réuni pour une belle journée : des terrains aux juges, en passant par les chiens ! Malheureusement, comme souvent à cette époque, les capucins s'étaient également invités au spectacle et quitte à bien voir, ils n'ont pas hésité à courir avec les chiens ! Bon, jusque là, ça pouvait encore rester gérable si c'était resté localisé, mais lorsque la malchance s'en mèle... Bref, vous l'avez compris, Manu a assisté, impuissant, à un véritable festival de Lepus (lièvres communs), tous inscrits en grande quête, tandis que les émanations de perdrix étaient fort discrètes !

 

Eden est le premier de la série. Le chien se met bien sur le terrain, mais laisse un couple dans la minute, ce qui conforte Manu dans l'impression que la prise d'émanation pose souci aujourd'hui. Le chien continue et bloque un couple. Malheureusement, en ayant la mauvaise idée de se servir tout seul, il met un terme à son parcours.

 

Démon n'est pas vraiment à l'aise pour slaloomer entre les lièvres, aussi le chien, qui est grand naturellement, allonge encore davantage sa quête, espérant ainsi se débarasser des rouquins. Mais, là aussi ça se termine mal avec une sortie de main.

 

Etick entre à son tour en scène. Le parcours est correct et le chien bien concentré. Il respecte 5 lièvres, puis doit patienter jusqu'en fin d'épreuve pour terminer son temps car son concurrent est élimné. A la reprise, le chien est moins bien, les conditions sont très difficiles et il ne montre plus assez de conviction, pour espérer faire quelque chose.

 

Four Rose est revenue dans le camion de Manu, hier, après une escapade au championnat des setters irlandais. La chienne ne semble pas perturbée par ces changements et montre une quête brillante. On peut juste lui reprocher un léger déséquilibre puisqu'elle allonge davantage à gauche qu'à droite.

1,2, 3, ...5, ... 7,... 9 et 10 ! 10 respects de lièvres ! De quoi s'énerver, non ? En tout cas, la jeune chienne finit aussi par sortir de la main.

 

Eliott était sûrement l'atout de cette journée. "Un parcours à CAC", dixit le juge, mais quand ça ne veut pas le faire... Bref, le temps se termine sans occasion et lors de la reprise, le chien laisse un couple.

 

El Cordobès est très grand comme à son habitude. Il traverve les troupeaux de lièvres sans un regard et demeure concentré sur l'objectif : trouver les oiseaux ! Son concurrent étant éliminé, il termine son temps à la fin de l'épreuve. Mais, lors de ce temps à finir, il fait voler, preuve, là encore, que les émanations ne sont pas évidentes !

 

Dylan est aussi très bien dans sa quête, mais il laisse un couple et c'est l'élimination !

 

Dernier de la série, Gucci effectue son premier parcours dans la discipline. Certes, c'est encore un parcours de jeune chien, mais c'est pétillant. Le chien passe dans les lièvres sans sourciller et l'ensemble est brillant. Malheureusement, en laissant un couple, il ne peut aller plus loin.

 

 

Les chiens du jour :

 

Près de 70 chiens ont courru et le soir, il n'y avait que 4 classements, dont un CACT à Edo du Sentier des Lutins, conduit par Patrick Freland, qui emporte, par la même occasion le CACIT


Dur pour les jeunes !
mercredi, 27 mars 2013

Dur pour les jeunes !

Aujourd'hui, Sébastien était à Camon, dans la Somme, avec Fédo et Gaïa.

Tous deux entament leur parcours avec entrain et sont dans la note supérieure, mais les conditions de ce printemps 2013 sont redoutables et poussent souvent les novices à la faute. L'absence de végétation incite les chiens à allonger leur quête. C'est la mésaventure qui arrive à Fédo. A force de prendre grand, il finit par l'être trop.

Gaïa est également dans la dimension supérieure de la discipline. Quelques parcours avec des oiseaux difficiles, qui ne se laissaient pas approcher, ont accéléré son rythme. Mais, aujourd'hui, le tempo est beaucoup trop rapide pour qu'une jeune chienne parvienne à analyser des émanations souvent fugaces, puisque les perdrix s'abritent près des haies, des maisons, des bordures,..

En fin de parcours, c'est donc la tape et l'élimination.

 


Championnat du Monde Braque Allemand : rendez-vous râté !
mercredi, 27 mars 2013

Championnat du Monde Braque Allemand : rendez-vous râté !

Une finale en queue de poisson...

 

 

Légende photo : Ce matin, de l'hôtel, la vue était peu encourageante !

 

 

L'édition 2013 du championnat du monde des braques allemands ne laissera pas un grand souvenir, ou seulement peut-être celui d'un rendez-vous raté, puisque la seconde journée a été annulée pour cause de neige .

 

Comme vous pouvez l'imaginer c'était donc un sacré bazar ce matin au réveil, avec l'arrivée de la neige ! De fait, tout le monde étant dans l'attente, le climat a été très tendu toute la matinée et il n'aurait pas fallu grand chose pour ça tourne à la bagarre générale !

 

L'épreuve allait-elle pouvoir se courir ? Techniquement, qu'en était-il ? Qui allait prendre la décision ? Celle-ci ne risquait-elle pas d'être influencée par le fait que le pays organisateur était en tête du classement provisoire et avait donc tout intérêt à ce qu'on en reste là ?

Telles sont les questions qui ont été sur toutes les lèvres des concurrents pendant la matinée et notamment celles des concurrents de l'équipe de France, emmenée par André Fusillier. Il y avait tant d'espoirs et de motivation dans cette seconde journée : tout le monde voulait en découdre et se refaire une santé après le départ difficile de la veille.

 

Mais après bien des palabres et des discussions intermitables, à 15 h, la décision d'annuler la seconde journée et de clôre le championnat a été prise.

 

Déception générale donc, notamment pour les concurrents français et sentiment de frustration. Ils avaient tellement espéré de ce rendez-vous ! Dédé, le capitaine, a su réconforter la troupe, qui est restée très soudée pendant ces trois jours. Après un repas en commun dans un petit troquet local typique, chacun a repris la route, pour rentrer en France.

 

Nous retrouverons Epson et Hadrien dans quelques jours pour la préparation à l'open de France.


Jino sauve la mise à Ormes...
mardi, 26 mars 2013

Jino sauve la mise à Ormes...

Légende photo : Jino, s'est classé 3ème excellent

 

Le froid était vif ce matin à Ormes, dans l'Aube, mais le soleil était également présent comme s'il avait voulu montrer qu'on allait enfin avoir un temps de printemps, ou tout simplement qu'il existe encore !

 

Jino est le premier à sortir. Le setter s'installe très bien sur le terrain et assure deux patrons avant de prendre lui-même un excellent point. Son concurrent étant éliminé, il devra terminer son temps. Ce qu'il fera sur le même rythme. C'est donc un 3ème prix excellent.

 

Fender lui succède, bien décidé à créer le spectacle. Effectivement, le chien est dans la note supérieure avec une prise de risques maximale. Il assure également deux patrons avant de prendre un point. Relancé, il poursuit avec la même conviction mais la trompe du juge l'arrête. Motif : des oiseaux ont volé  ! Peut-être, mais le chien n'était pas passé là et donc on ne peut rien lui reprocher !

 

Darling qui vient de rentrer du championnat d'Europe de quête de chasse des setters irlandais, qui se déroulait le week-end dernier, et où elle a fait un 2ème prix excellent, arrive à son tour. La chienne est en chaleur et Manu la sent légèrement fébrile mais elle s'installe bien sur le terrain et prend un très joli point. Au fil des minutes, la chienne fait montre de beaucoup d'emprise et de décision, mais à la 12ème minute un oiseau vole. Dommage, l'ensemble pouvait monter très haut encore une fois !

 

Le concours se poursuit ; on est au 8ème couple et il n'y a toujours pas un chien classé !

 

Faelh est le dernier à entrer en piste. Il réalise un très bon parcours, respecte deux lièvres et assure deux patrons. Son concurrent étant éliminé, il terminera son temps à la fin de l'épreuve sans aucune occasion. PO donc.

 

 

Les  chiens du jour :


CACIT : Diablo du Val de Loue, setter irlandais conduit par B. Fasoli.

A noter que Diablo a fait un 1er Prix Excellent et conquis ainsi le championnat d’Europe des setters Irlandais, qui s'est déroulé le week-end dernier.



Les chiens de Vaulx-Vraucourt :


Des épreuves de grande quête se sont déroulées hier et aujourd'hui à Vaulx-Vraucourt dans le Pas-de-Calais.

 

Carton plein pour l'ami Patrick, qui décroche le CACIT, hier, avec Banco du Mas du Zouave et, aujourd'hui, avec Ditcho des Rousses de la Combe.

 

 

 

 

 


Championnat du Monde Braque Allemand
mardi, 26 mars 2013

Championnat du Monde Braque Allemand

1er jour du championnat

 

Légende photo : Epson avec Hadrien et Jean-Jacques Martel


Les jours se suivent mais ne ressemblent pas !

Il fait encore plus froid qu'hier et au vent glacial s'est ajoutée la pluie.  Bref, un temps à ne pas mettre un chien dehors !

A 7 h 30, tout le monde est sur le pont pour la cérémonie offcielle de présentation des équipes sous leur drapeau et au son des hymmes nationaux. C'est toujours un moment très émouvant.


Les chiens rejoignent ensuite les différents concours : au total, 4 batteries d'une douzaine de chiens, avec à chaque fois 3 juges.

Dans son concours, d'Epson a tiré un bon numéro de passage. Il est en 5ème position. Les quatre premiers chiens sont éliminés, ce qui en dit long sur la difficulté.


C'est au tour d'Epson. Le chien est bien concentré et il prend rapidement un point, puis un second une cinquantaine de mètres plus loin. Le tout en moins de 2 minutes. La baraka... eh, non, malheureusement tout ce travail est réalisé sur ... cailles ! Dommage que ça ne compte pas !

Le terrain est riche de ces petits oiseaux et Epson est perturbé par cette densité. Du coup, il restreint sa quête pour être sûr de ne pas louper ces fameuses cailles !

La suite était prévisible. Une pose d'arrêt à vide et c'est l'élimination, sans avoir trouvé de perdrix. Pas folles, celles-ci étaient à l'abri le long des maisons.


Les concurrents se succèdent et au fil des éliminations, tout le monde est au même point. Seul un chien sera finalement au classement avec un 1er TB.


Du côté des autres membres de l'équipe de France, les nouvelles ne sont pas meilleures. Finalement, seule Ecija sauve l'honneur avec un TB.

 

Petit point à l'issue de cette première journée : La Serbie est en tête avec un excellent et un TB. Puis vient l'Espagne avec un excellent. Ensuite, la France, l'Italie et la Grèce ont un TB. La Bulgarie un Bon et la Croatie un CQN.


Concours Printemps Continentaux 2013
mardi, 26 mars 2013

Contenu de l'article.


voir le tableau


Championnat du Monde Braque Allemand
lundi, 25 mars 2013

Championnat du Monde Braque Allemand

Prix d'Excellence : Epson 2ème Excellent !

 

Légende photo : Epson à l'arrêt


Qualifié pour le championnat du monde des braques allemands, en Serbie, Epson, conduit par Hadrien, est arrivé sur place en fin de semaine dernière avec les autres sélectionnés.

Avant le championnat lui-même, les chiens ont disputé le prix d'excellence.

Temps froid, vent glacial, oiseaux difficiles,... décidément les conditions sont partout les mêmes !

Jean-Jacques Martel, le propriétaire d'Epson, qui s'est accordé quelques jours de repos pour voir courir son chien, a été surpris par la taille des parcelles. Ce sont des tout petits champs et la densité d'oiseaux n'est pas à la hauteur des espérances.

Quoi qu'il en soit, Epson s'est pas mal débrouillé et a réussi à prendre deux points.

Par contre, étant données les conditions, le parcours aurait parfois gagné à avoir un peu plus de style.

Au final, c'est donc un 2ème prix excellent.


A noter que l'équipe française n'est pas mauvaise, car Calin fait un 1er prix excellent et Johnny se classe au très bon.


Bref, une bonne entrée en matière pour le championnat !

 

 

 


Des "G" au classement, malgré tout !
lundi, 25 mars 2013

Des

Légende photo : Giotto, un excellent début en compétition !

 

 

Coyecques, ce n'était pas que le derby ! Chaque jour, des spéciales se sont déroulées et Manu avait inscrit quelques "G", qui sont un peu précoces et montrent déjà de belles possibilités.

 

Cependant, avec les conditions très particulières, Manu était très inquiet et n'espérait rien des concours. Enfin, si, surtout que ses chiens ne blessent pas sur les terrains durs et parfois riches en silex et qu'ils ne se mettent pas à douter, en raison de la difficulté.

 

Mais les buveurs d'air sont d'abord des guerriers et la jeune génération l'a prouvé à son maître.

 

Explications et retour sur un week-end dur mais dense en émotions.

 

Concours solo :


Giotto : Se met bien sur son terrain composé de parcelles de chaume et de blé entrecoupées de labours. Après une tape dans la minute, il finit son temps en faisant des poses sur les lièvres.

Le lendemain, se met également bien en place. Une pose d'arrêt servie. Relancé, le chien attaque un labour sans complexe et prend un excellent point, bien dans le style et avec beaucoup d'autorité, dans un colza.

Relancé, il termine son temps dans un labour, avec beaucoup de continuité. Au final, il se classe 2ème excellent. Voilà un carnet de travail bien inauguré.

 

George : La chienne se tape dans son premier lacet et Manu la sent désorientée par cette mésaventure. Du coup, il préfère la retirer.

Le lendemain, elle se livre bien mieux. Elle prend une pose d'arrêt dans la minute sur des oiseaux qui sont vus, puis s'installe avec une belle prise de terrain. Elle respecte un lièvre. Après une pose d'arrêt servie, elle réalise 2-3 contrôles sur lièvres et finit son parcours avec une quête un peu moins ordonnée.

 

Galice : C'est assurément le meilleur parcours du samedi matin. La chienne est à l'aise malgré les conditions peu favorables. Elle traverse blés, labours,... respecte lièvres et chevreuils. Mais du côté des oiseaux, c'est le désert ! Elle termine son parcours sur le même pied, avec toutefois une pointe d'énervement sur les lièvres qui continuent de croiser son terrain.

Le lendemain, dans un terrain assez restreint, elle prend une pose d'arrêt justifiée, puisque les oiseaux volent 100 mètres devant. C'est fou la façon dont ils piétent comme des malades ! Galice s'attarde un peu sur cette place, mais ensuite reprend sa quête de plus belle et verrouille un couple. C'est un excellent point. Relancée, elle fait un crochet en dedans mais le terrain est compliqué avec des décrochés. Elle finit ensuite son parcours de jeune chienne et c'est un 3ème excellent qui ouvre son carnet de travail.

 

Faëlh : Dans la minute, prend un  arrêt mais les oiseaux courent à pattes à toute allure sur ces terrains dénudés et s'envolent 100 mètres devant. Le chien reprend sa quête et s'installe bien. Une pose d'arrêt. En étendant son lacet dans un labour à droite, il aurait pu profiter d'un couple.

Le lendemain, demarre avec un lacet en dedans dans la minture, puis s'installe dans un grand parcours, parfatement équilibré. Malgré son courage, et deux poses d'arrêt servies, les oiseaux ne se sont pas montrés conciliants.

 

Gynko : Bien que les choses aient été compliquées, Gynko a montré au cours de ces deux journées jun e grande régularité en décrochant un classement à chaque fois. Certes, tout n'est pas parfait, et le chien a besoin de prendre de la maturité et de l'expérience, mais chaque jour on a suivi un parcours de jeune chien très volontaire. Le samedi, il s'est classé 3ème très bon.

Le lendemain, il est découplé sur un terrain très vallonné, entrecoupé de talus, mais il attaque avec la même ardeur que la veille. En fin de parcours, il se bloque derrière une haie et ne voit plus son conducteur. Il bloge très légèrement à l'envol et Manu l'appuie pour assurer le point. C'est donc un 4ème TB.

 

En couples :


Fender : Le chien s'installe bien sur le terrain et respecte un lièvre sur la gauche, tandis que 3 autres courrent devant lui. Difficile de rester bien concentré avec un tel environnement. Du coup, un couple en profite pour se défiler sur la droite !

Le lendemain, alors des bourrasques à plus de 50 km, avec un ressenti de -8°, balaie la plateau de Coyecques, le chien se met bien en place sur le terrain avec une très belle latéralité. Côté style, c'est également la classe avec un beau galop. Mais beau n'est suffisant et un couple oublié met un terme à la prestation.


Dur-dur mais tellement chaleureux !
dimanche, 24 mars 2013

Dur-dur mais tellement chaleureux !

Le président Tastet remet la médaille pointer-club à Christian Feutrel, président du GIC et Xavier Tanfin, agent de la Fédération des chasseurs



"C'est aussi dans la difficulté qu'on voit les grands chiens". Au soir du second jour de Coyecques, cette analyse du président du pointer club en disait long sur les conditions exceptionnelles de ces deux journées.

Il faut bien reconnaitre que pour une première épreuve sur le GIC de la Lys, on a connu le pire : des terrains nus, parfois des silex, des labours profonds, une température proche de 0° avec un vent de nord-nord-est glacial qui accentuait le ressenti du froid, et des bourrasques jusqu'à 50 km/h, une bonne averse de neige, des oiseaux forts discrets, qu'il fallait aller chercher près des villages et surtout parvenir à bloquer, des lièvres joueurs,... De ce côté-là tout y était ! Le pire ayant été vécu, on ne pourra donc que connaitre mieux si une seconde édition arrive l'an prochain.

 

Par contre, côté humain, un concours comme on en rencontre rarement : des guides disponibles, en nombre suffisant, qui allaient chercher les concurrents pour les emmener sur les différents concours, une restauration sympa avec un apéro, un plat chaud, une boisson, un quartier de tarte, le tout pour 8 €, et puis cette chaleur dans l'accueil qui n'appartient qu'aux gens du Nord !

Comment peut-on, dans ces conditions, transgresser les règles et se comporter en goujat mal élevé ? Il faut croire que le pointer n'a pas que de gentlemens ? En tout cas, en réalisant un entrainement sauvage, au petit matin, alors qu'il avait bien été expliqué à tout le monde que c'était interdit, ce présentateur nuit à l'image de la race, compromet toute une organisation et le contrat moral avec les propriétaires. Le jour où ces mêmes propriétaires excédés par ces débordements fermeront leurs portes, ce sont les concours qui disparaitront et avec eux les présentateurs !

A méditer aussi à l'heure où il devient de plus en plus difficile de disposer des terrains parce que les agriculteurs sont de moins en moins des chasseurs !

 


<< | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | >>


Vous pouvez retrouver les anciens articles sur le précédent site en cliquant ici