LES

BUVEURS

D'AIR

<< | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | >>

Open de France GQ : un barrage historique !
vendredi, 05 avril 2013

Open de France GQ : un barrage historique !

 

 

Au lendemain de sa victoire à l'open de France de grande quête, Emmanuel Bourgeois est revenu sur ces quelques minutes qui l'ont fait entrer dans l'histoire, non par pour lui, parce l'homme est monté depuis bien longtemps sur les plus hautes marches des podiums cynophiles, mais pour la race, qui signe ici un exploit.

 

Ce barrage restera donc dans bien des mémoires, à commencer par celle de Manu. D'abord plusieurs de ses amis sont là comme d'habitude et Dodo est arrivée de Suisse en fin d'après-midi, juste à temps pour le barrage. Enfin, le jury est composé de véritables passionnés, Hubert Santoire, qui préside, Yves Tastet et Vladimir Desmaretz.

 

Manu lâche à gauche. Four Rose démarre telle une petite bombe, bien en ligne, ce qui est quand même à souligner, car dans la race, on assite davantage à des actions en pointe.

Son concurrent, Artu, conduit par Traina, n'est pas là pour la figuration. Ce setter anglais, déjà auréolé de lauriers, est parti avec le même entrain sur la droite. Tout va se jouer dans les prochains lacets !

Au premier virage, Four Rose a pris la dimension ; elle est parfaitement à la hauteur et Manu comprend qu'elle a une chance.

Elle a l'ouverture nécessaire, la rapidité, et surtout cette envie de gagner. Manu sent qu'elle veut lui faire plaisir.

Les lacets s'enchaînent et je jury suit comme s'il voulait poursuivre ce barrage historique.

Manu sait aussi qu'Hubert Santoire ne se contentera pas d'une demi-victoire. Le juge aime les choses bien faites et une victoire à ce niveau se mérite, car elle doit être indiscutable pour la race qui gagne.

Le coup de trompe arrive enfin et Four Rose entre dans l'histoire.

Merci encore à DD qui a pensé à Manu pour conduire cette petite irlandaise.

En raccrochant la chienne, Manu a également eu une pensée pour Alec, son oncle, disparu prématurément. Il avait, comme Four Rose, cette rage de vaincre, de trouver les oiseaux.

De son côté, Yves Tastet a souligné qu'il s'agissait d'un barrage des guerriers. C'est d'autant plus vrai qu'Artu, est un trés beau vice vainqueur


Four Rose championne de l'Open de France de GQ !
jeudi, 04 avril 2013

Four Rose championne de l'Open de France de GQ !

Légende photo : Oubliés la fatigue, le vent froid, les terrains durs, ce soir c'est le bonheur pour Manu avec "sa" Four Rose !

 

Pour le barrage de l'open de France, deux chiens étaient en compétition.

Four Rose, l'irlandaise, conduite par Emmanuel Bourgeois, avait fait le seul CACT du premier jour et dans la foulée le CACIT, inscrivant ainsi son nom au tableau d'honneur de la race.

A l'issue de la seconde journée, , le setter anglais, conduit par Traina était aussi en lice pour le barrage.

C'est finalement la jeune irlandaise de Manu qui gagne cet open de France 2013 de grande quête. L'exploit est à la hauteur du challenge  et c'est la première fois que la race y figure d'aussi belle manière.

Aucun setter irlandais n'avait jamais gagné l'open de Frande de grande quête, une compétition où l'on s'attend traditionnellement à avoir un pointer ou un setter. Mais, Manu est aussi l'homme des défis, le dresseur qui fuit les stéréotypes pour s'intéresser à l'individu, travailler au cas par cas, alors, avec un chien doué et talentueux, rien n'est impossible ! La preuve.

Bravo à Four Rose et à Manu, félicitations à son propriétaire et à tous ceux qui ont permis cette belle aventure.


Open de France de grande quête : 1er Excellent à Dylan
jeudi, 04 avril 2013

Pour ce second jour de l'open de France, les conditions n'ont guère varié : le vent est toujours aussi froid, la plaine aussi rase, les sols aussi durs, les lièvres aussi nombreux et les perdrix rares ! Bref, c'est loin d'être l'euphorie, mais tout le monde étant à la même enseigne, chacun essaie de s'en sortir du mieux possible.

 

Manu a toujours ses supporters. Aujourd'hui, Jean-Michel, Hadrien et Pascal sont là, prêts à intervenir.

 

Dylan est le premier à courir. Le chien s'installe sans délai et prend bien son terrain. Un arrêt, mais les oiseaux sont très nerveux et se défilent devant à toutes pattes. Son concurrent étant éliminé, il finira son temps plus tard.

A la reprise, il réalise une bonne fin de parcours et prend un joli point. Ce sera donc un 1er prix excellent.

 

El Cordobès, comme hier, est dans la grande dimension, et comme hier, il sort de la main.

 

Eliott réalise un excellent début de parcours. Une pose d'arrêt, puis son concurrent étant éliminé, il lui reste du temps à finir.

La seconde partie du temps lui offre une occasion, que le chien concrètise, mais gâche, tout aussi vite, en partant sous l'aile !

 

Eden attaque un labour très dur. La terre est compacte et forme des rocs d'une dureté insoupçonnée. Courageusement, le chien fait de son mieux. Un vrai guerrier, comme le sont les buveurs d'air !

 

Démon est tombé dans un "nid" de lièvres. Un à un, le chien les respecte. A 20, Manu cesse de compter ! Démon aussi finit par en avoir marre et au "x tième", il s'offre le plaisir d'une belle poursuite au cul d'un des capucins !

 

Arrive le tour d'Etick. Mais le chien n'est pas dans le coup aujourd'hui, aussi Manu préfère le retirer.

 

Même décision pour Fender. Le chien boite légèrement ; il n'est donc pas question qu'il court sur ces terrains durs.

 

 

 


Open de France de grande quête : CACIT à Four Rose !
mercredi, 03 avril 2013

Open de France de grande quête : CACIT à Four Rose !

Légende photo : Lors de la remise des prix de cette première journée de l'Open de France de grande quête.

 

 

Le vent froid balaie la plaine rase de Picardie. Hormis les véhicules des présentateurs, ceux des juges et des guides, il n’y a guère personne ! Triste printemps … et bienvenue à l’open de France de grande quête !

 

Manu n’est pourtant pas le plus mal lôti dans l’affaire, car il bénéficie du soutien de quelques inconditionnels. Philippe et Thierry sont là. Ils vont l’aider, avancer le camion, tenir les chiens,… mais surtout apporter cette présence dont nous avons tous besoin dans les moments difficiles.

 

Des moments difficiles, le circuit de printemps en connaît depuis le début, en fait pour tout dire, il ne connait d’ailleurs que ça ! Ce n’est probablement pas cette première journée de l’open de France qui va inverser la tendance. Bien au contraire. La terre picarde, qu’on dit si amoureuse lorsque l’humidité est constante, est aujourd’hui séchée, desséchée par le vent de nord-est, qui souffle depuis des semaines. Résultat, le sol est devenu aussi dur que le béton. Les terrains sont abrasifs et les labours d’hiver, avec des silex bien saillants, sont autant de pièges, tant pour les coussinets que pour les articulations. Les chiens et les hommes sont soumis à rude épreuve.

 

Mais il faut encore compter avec une densité importante de lièvres, bien plus présents que les perdrix, ce qui complique encore la situation !

 

Ces derniers jours, les capucins étaient tellement nombreux que les chiens de Manu ont été perturbés. A force de les avoir constamment dans les pattes, ils se sont déconcentrés et certains ont même fini par croire que le field était sur lièvres, et les ont arrêtés, tandis que la plupart a fini par courser ces fameux oreillards si provocateurs.

 

D’ailleurs, aujourd’hui encore, dans le camion de Manu, tous les éliminés le sont sur lièvres, hormis Etick et Dylan, éliminés sur une tape et El Cordobès, qui sort de la main.

 

Fender, réalise un excellent parcours de jeune chien, mais dans les lièvres ! La fin de l’histoire est donc connue !

 

Le regret de la journée sera pour El Cordobès, qui réalise un superbe début de parcours, prend un magnifique point, puis finit par sortir de la main.

 

Mais il y a aussi le bonheur du jour.

 

Four Rose, « la » Four Rose, comme aime le dire Manu lorsqu’il parle d’une grande cabote, est le joker des buveurs d’air en ce premier jour de l’Open. Elle va assurer un spectacle digne de ce championnat de France. D’emblée, la chienne s’installe sur son terrain, un labour pour ne pas changer, mais peuplé cette fois de … chevreuils ! Il faut bien un peu diversifier le gibier à poils ! Autant dire, au vu des conditions, que la jeune irlandaise aurait pu aller à la faute des dizaines de fois. Mais la chienne est concentrée. Elle a une certaine insolence dans la quête et  l’exploitation du terrain, mais aussi la maitrise, l’intelligence, l’autorité,… bref le talent des grands, qui sortent leur épingle du jeu quelle que soit l’adversité ! Ignorant tout ce qui n’est pas perdrix, elle cherche inlassablement avec le même brio. Lorsque Manu voit la chienne effectuer une remontée fulgurante, son cœur bat à tout rompre. Mais Four Rose assure, à la manière des vieux briscards. Avec la rapidité et l’instinct du prédateur pour forcer les oiseaux à se motter, mais sans le pas de trop qui mettrait à l’envol ! Du grand art ! Le reste n’est que formalité.

Pourtant, lorsque Manu relâche la chienne, il sait que tout reste à faire, car le point, si beau soit-il, ne sera préservé qu’une fois le temps terminé. C’est d’autant plus risqué que Four Rose reprend sa quête tambour battant, en prenant de nouveau tous les risques. La trompe du juge signifiant la fin du parcours met enfin un terme au suspense.

 

Manu est ravi, la chienne lui a fait plaisir, donc forcément l’impression est bonne et il sait qu’il faudra compter avec Four Rose. Effectivement, le soir aux résultats, c’est le CACT qui est attribué à Four Rose, la réserve allant à Ditcho, conduit par l’ami Patrick.

La conclusion de cette journée reviendra au juge : « aujourd’hui, il fallait des guerriers ! ». Une analyse partagée par beaucoup à commencer Manu, dont la moitié des chiens a couru avec des bottines, pour protéger des pattes déjà bien meurtries.

 

Instant d’émotion pour tout le monde et surtout pour Manu, qui a partagé cette victoire avec  tous les acteurs : André Fusillier, tout d’abord, le naisseur de la chienne, qui avait pensé à Manu lorsqu’il a fallu lui trouver un conducteur. Pour Manu c’est un beau cadeau qu’il lui a fait. Il y a aussi, bien sûr, Serge Reymond , le propriétaire de Four Rose, qui lui a fait confiance.

 

Mais cette victoire, Manu veut aussi la dédier à un ami, qui vient de connaître un revers. La cynophilie n’est pas que la recherche de la sélection, du développement et de la promotion des races, elle est, malheureusement, bien souvent le terrain de jeu favori des hommes dans la conquête du pouvoir, la mise en valeur d’égos surdimensionnés ou pire, la recherche d’intérêts personnels. Il suffit de voir le nombre de contentieux qui agite la vie des clubs.

 

Jean-Claude Piat s’est beaucoup démené, pendant de nombreuses années, à la tête de l’association des dresseurs professionnels. Hier, à la suite des élections statutaires, il a été battu. Une page se tourne, mais Manu n’oubliera pas celui qui fut aussi son ancien maître de stage.



Les chiens du jour :


Seul CACT de la journée, Four Rose s’est vu attribuer le CACIT pour la qualité de son parcours et Ditcho la réserve.

 

CACIT : Four Rose du Pied du Mont, conduite par Emmanuel Bourgeois

RCACIT : Ditcho des Rousses de la Combe, conduite par Patrick Teulières


Et si on faisait des fields sur lièvres...
lundi, 01 avril 2013

Toujours les mêmes conditions climatiques pour cette seconde journée à Therdonne. Un vent froid continue de balayer la plaine dénudée.

 

El Cordobès est le premier à sortir. Le chien se met tout de suite sur son terrain et prend un point loin devant Manu. Malheureusement, lorsque les oiseaux partent, il embarque tout !

 

Démon démarre très bien aussi, mais dans la grande dimension. Résultat : trop grand !

 

Dylan est tombé dans un "nid" de lièvres ! Malgré ces fameux capucins toujours prompts à tenter le diable, son parcours est excellent et il reste bien concentré ! Il prend même un arrêt sur l'un d'eux, mais trop c'est trop et il finit par partir au cul d'un autre à la fin de son temps !

 

Génépi est également confronté au problème, mais il est brillant et effectue un patron. Son temps s'achève sans occasion, mais le juge le reprendra à la fin du concours.

Le second tour se joue pour la timbale, tellement la prestation est brillante. L'occasion est sur le parcours, mais le chien, en laissant ce couple, n'en profite pas.

 

Eden réalise une très bonne première partie en respectant les lièves. Dans la seconde partie de son parcours, il respecte à nouveau un oreillard, mais part sur un troisième !

 

Eliott est en compétition avec Glaukos, le setter anglais de Pianaro Graziano. Nullement impressionné, le chien de Manu prend beaucoup de risques, assure un patron, respecte 5 lièvres, mais en refusant le second patron, il met un  terme à son parcours !

 

Gucci lui succède. Il réalise un très joli parcours malgré les lièvres toujours aussi nombreux.

 

La rayon de soleil de ce field, davantage sur lièvres que sur perdrix, a été Four Rose. L'irlandaise assure le spectacle : son parcours est brillant, bien en ligne aevc 3 patrons. Malheureusement, en fin de temps, elle laisse un couple.

 

Journée difficile donc pour les chiens qui, conséquence logique d'une sur-densité, commencent à s'intéresser aux lièvres et sont donc moins concentrés dans la recherche des oiseaux.

 

Les chiens du jour :

 

CACIT : Glaukos, setter anglais conduit par Pianaro Graziano

RCACIT : Empério Armani du Mas d'Eyraud, setter anglais conduit par Laurick Maudet


Gaïa classée à Therdonne (60)
lundi, 01 avril 2013

Gaïa classée à Therdonne (60)

Légende photo : Gaïa de la Diane de Belrem

 

Le second jour de field, à Therdonne, a vu arriver les continentaux et donc Sébastien.

 

Gaïa, qui avait manqué d'un peu de chance jusqu'à présent, a pu enfin concrétiser et se classer. Si les conditions sont toujours aussi difficiles, avec un vent glacial de nord-est, qui brule les molécules, compliquant ainsi le travail du chien et l'absence de végétation qui rend l'approche des perdrix délicate, par contre, les territoires dévolus au concours étaient bien garnis en oiseaux. D'où l'espoir qu'elle termine cette série de PO.

Sébastien lâche Gaïa, qui calcule dans les deux premières minutes comment prendre la mesure du terrain. Celui-ci est composé de petites parcelles, coupées, enclavées par des pâtures, ou présentant des décrochés. Rien à voir avec l'immensité des plaines qu'elle avait connues jusqu'alors.

Ce petit temps de réflexion achevé, la jeune chienne s'installe parfaitement et explore le terrain avec intelligence. Elle utilise bien ce qui lui est offert et n'hésite pas à sauter les routes pour poursuivre sa quête. Sébastien la voit prendre connaissance d'une émanation, remonter et se bloquer. Les oiseaux partent à une dizaine de mètres. La chienne est parfaitement sage à l'envol et au feu. Il monte la raccrocher.

La suite du parcours se fait après un changement de terrain. Cette fois, la plaine est ouverte et Gaïa nous fait "du Gaïa", avec une quête rapide, très étendue en latéralité et bien réglée en ouverture.

Le temps s'achève sur cette brillante impression et c'est un 3ème excellent qui vient ouvrir une saison de printemps compliquée où chaque classement est un petit exploit au regard des conditions exceptionnelles.

 

Dans le même concours, Doubaï n'a pas le temps de s'installer qu'elle se tape dans un couple en ouvrant trop son lacet.

 

Dans l'autre concours, les oiseaux étaient, semble-t-il, beaucoup plus rares.

Fédo démarre un beau parcours. Le petit breton est appliqué et concentré dans la recherche des oiseaux , mais le temps passe et il ne rencontre pas d'occasion. Son temps s'achève sur ce constat.


La timbale pour Faelh !
dimanche, 31 mars 2013

La timbale pour Faelh !

Légende photo : Un CACT amplement mérité pour Faëlh

 

Vent froid, peu de végétation, peu de perdreaux, lièvres bien présents, de concours en concours, la saison de printemps se décline de la même façon ! Pourtant, aujourd'hui, à Therdonne, dans l'Oise, le cocktail s'est encore corsé avec des silex !

 

George est la première à en faire les frais. La coupure est sérieuse, aussi Manu préfère retirer la chienne et lui prodiguer les soins nécessaires pour que ça cicatrise au plus vite.

 

Jino est en grande forme et il traverse, tel un seigneur, les hordes de lièvres. Rien ne peut le détourner de son objectif : trouver les oiseaux ! Mais les piafs sont rares et après 26 minutes, le juge l'arrête sur un PO.

 

 

Galice entre à son tour sur le terrain. Depuis le derby, la chienne a progressé et elle a parfaitement compris ce qu'est la compétition. Comme elle est ultra-chasseuse, son parcours est à la hauteur des espérances de Manu. Ca transpire l'intelligence du prédateur. La chienne prend beaucoup de risque, respecte un lièvre, bref travaille avec brio ! Comme il ne semble pas y avoir d'oiseaux sur la parcelle, Manu prend aussi l'initiative. La chienne est à 200 mètres de lui mais il l'a fait traverser une route et rapidement, elle se bloque. Les oiseaux sont là, mais en mouvement et Galice veut les assurer, le long des maisons, derrière le chemin. La manoeuvre est délicate et ça vole. Elimination donc, mais on va rapidement reparler de Galice, car c'est sûr, elle a passé un cap et, aujourd'hui, son conducteur, comme le juge, ont pris beaucoup de plaisir derrière elle.

 

 

C'est au tour de Faëlh. Le chien a manqué de chance ces derniers jours, alors que ces parcours étaient dignes de la plus haute récompense. Qu'en sera-t-il aujourd'hui ?

Le terrain n'est pas des plus faciles : un labour parsemé de silex, mais il faut bien faire avec !

Faelh s'installe dans l'instant et montre tout de suite une exploitation intelligente en explorant les bordures de chaque côté du terrain. Belle ouverture également, qui confirme la prise de risques. Les minutes passent, le chien poursuit sans baisser de pied en sautant les différentes cultures. En fin de parcours, la prise d'un joli point vient couronner un grand parcours. Manu sait que son chien sera dur à battre aujourd'hui. Effectivement, à l'issue du concours, c'est le CACT !

Bravo à Faelh et félicitations à son propriétaire, Christian, le complice du regretté Gilbert Galand. Toujours à demander des nouvelles des autres chiens, jamais inquiet pour le sien, et ce quels que soient les résultats : "l'essentiel c'est que Faelh vous fasse plaisir" se plait-il à répéter à Manu. Discret, Christian est aussi un travailleur de l'ombre et il ne ménage pas sa peine pour contacter les propriétaires de terrains du Pas-de-Calais et poursuivre ainsi ce qu'avait commencé Gilbert. Alors, cette timbale, Manu n'est pas peu fier de la voir attribuer à Faëlh aujourd'hui.

 

Pour le second concours, le soleil a disparu et tout rappelle à Manu un "temps coyecquien" ! Du coup, il sait déjà ce qu'il va commander au père Noël : Un équipement grand nord ! Et dire qu'on nous rebat sans arrêt les oreilles avec le réchauffement de la planète ! On peut vous assurer qu'il existe encore des micro-climats qui résistent bien localement ! Cool

 

Giotto a du mal à se concentrer au milieu des lièvres. En cherchant ainsi à éviter les capucins, il oublie un couple.

 

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Fender connait la même mésaventure.

 

Ginko entre à son tour en piste. Son parcours est encore celui d'un jeune chien, mais il évolue ; on sent la volonté de trouver les oiseaux et surtout de bien faire ! Plusieurs jolis contrôles, 5 respects de lièvres, s'il vous plait, puis, à l'angle d'un bois, le chien prend un fort beau point. Ce sera un 2ème prix excellent !

 

Darling, enfin, est toujours aussi brillante. Elle prend un patron (eh oui, elle sait faire quand elle veut !), mais laisse les oiseaux en fin de parcours !

 

En conclusion, journée difficile, avec seulement 2 CAC en solo, Faelh n'en a donc que plus de mérite !

 

Le chien du jour :

 

CACIT : Violino, setter anglais conduit par Traina


Nouveau diaporama du derby des jeunes
dimanche, 31 mars 2013

Nouveau diaporama du derby des jeunes

De nouvelles photos sont venues illustrer le week-end à Coyecques, notamment avec le derby des jeunes et les premiers pas en cométition à travers la spéciale.

Merci à Dominique Samson pour ce témoignage réalisé dans le froid glacial.

Pour accéder à cet album, cliquez sur l'onglet "Média" en haut à droite, puis sur l'album.


RCACT pour Giotto !
samedi, 30 mars 2013

RCACT pour Giotto !

Entre maîtrise et talent, les "G" pointent le bout de la truffe...

 

Légende photo : Giotto a effectué une première journée remarquée. Même les lièvres ont salué son arrivée en compétition, mais en digne fils de son père, le chien est resté stoïque !

 

Pour cette journée de quête de chasse solo des britanniques à Bonnières, Manu a inscrit quelques jeunes chiens de la fameuse portée Démon x Elite. Le derby nous a permis de voir qu'ils sont talentueux. Les débuts en fields confirment cette impression.

 

Giotto a donc effectué sa première journée et considérant les conditions actuelles mais aussi la jeunesse et l'inexpérience du chien, on ne peut qu'applaudir des deux mains et constater une nouvelle fois qu'il y a bien quelque chose d'exceptionnel dans ces "G" là !

Mais revenons au parcours. Le chien démarre en fort beau style avec une belle allure. Rapidement, il s'assure un joli point avec une très belle attitude (nous avions déjà remarqué son autorité naturelle sur le point pris à Coyecques). Il respecte un lièvre et prend une pose d'arrêt, avant de terminer de belle manière son temps. Au final, la RCACT viendra récompenser cette excellente prestation qui laisse entrevoir sereinement son avenir en compétition. Dominique, avec cette confirmation, tu sais ce qu'il te reste à faire ? Prépare donc quelques bouteilles au frais !

 

Fender est aujourd'hui dans la dimension supérieure. 2 respects de lièvres, mais pas d'occasion au terme du temps, aussi le juge décide de prolonger les 15 minutes. Le chien ne baisse pas de pied mais un couple oublié entraine son élimination.

 

Ginko, qui s'était classé les deux jours de speciale à Coyecques, est aussi dans le concours. Il attaque très courageusement un labour de printemps, respecte un lièvre. Un couple vole devant, mais le juge estime que le chien ne pouvait pas en avoir connaissance. Le parcours se poursuit donc dans un colza. Un pose d'arrêt et le temps s'achève sur un NC.

 

Galice, également classée à Coyecques, a aussi des prétentions. Chasseuse dans l'âme, elle va assurer un point sur faisan dans une pâture. Une seconde occasion lui est offerte sur des perdrix. La chienne les arrête et pressentant les oiseaux en mouvement, veut les assurer mais le couple vole sur sa gauche. Elle est donc éliminée.

 

George est bien concentrée et elle réalise un excellent parcours. Un couple d'oiseaux lui permet de s'assurer un joli point remonté et travaillé avec autorité. Le temps se termine ensuite avec une pose d'arrêt mais parfaitement justifiée. Ce sera donc un 1er Excellent.

 

Jino lui succède avec un très beau parcours et un respect de lièvre. En fin de temps, il se tape sur un couple dans un labour et c'est l'élimination.

 

Faelh s'est invité chez les rouquins ! A moins que ce ne soit le contraire. Enfin, de toute façon, la densité est impressionnante  et comme leur comportement est fantasque, le chien n'est pas l'aise. Du coup, il est beaucoup moins concentré et laisse un couple.

 

En concours de couple, Darling est complètement déchaînée. L'irlandaise en oublie le patron. Ce refus la met à la porte.

 

Encore une journée difficile pour tout le monde, les chiens, les conducteurs, les juges, les guides, tellement le ressenti du vent glacial dans la plaine reste hivernal. Drôle de printemps, drôle de saison...


Pas d'oiseau !
vendredi, 29 mars 2013

Les jours se s'enchainent avec les mêmes conditions, qu'il s'agisse des terrains dénudés ou du vent de nord-est et les résultats se suivent.

Gaïa a réalisé un très grand parcours. Du rythme, de l'amplitude, une ouverture adaptée, un  petit coup d'oeil au passage à Sébastien, tout y était, même un respect de lièvre. Son temps achevé, le juge demande à Sébastien de revenir en fin de concours pour essayer de la mettre en présence.

Mais la reprise ne changera rien. La chienne est toujours sur le même pied et les oiseaux toujours absents. Ce sera donc un PO.

 

Fédo, le petit breton a semblé peut-être un peu moins concentré qu'à son habitude. Là aussi les minutes passent et la plaine n'offre pas de possibilité. Le temps s'achève avec un NC.

 

Encore une journée à oublier, mais la chance finira bien par tourner.


<< | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | >>


Vous pouvez retrouver les anciens articles sur le précédent site en cliquant ici